• Apprenez l'analyse technique et construisez votre propre système de trading. Bon chemin initiatique avec
  • Trado.*
  • *Membre de l'Association Française des Analystes Techniques.
La NEWSLETTER gratuite de Trado
Dans votre boîte mail avant l'ouverture
des marchés. Vous êtes plus de 4 000 !

La Formation de Tradosaure

Vient de paraître : Stop-loss, prise de profit, trailing stop : Optimisez vos sorties de trades

Pour en savoir plus, le commander, lire un extrait, rendez-vous ici.

A vous de choisir : tous mes Modules de formation sont disponibles à l'unité ou en plusieurs formules groupées : La Collection intégrale (économisez 50% sur le prix à l'unité), ou bien plusieurs modules groupés par niveaux (réduction 25% sur le prix à l'unité)...
Téléchargement automatique immédiat, 2 formats numériques = lecture sur tous écrans.

Aujourd'hui un article super de Tessa sur le money management (je précise que Tessa n'est pas une débutante ^^)

BOURSE-FORMATION-COMPLETE

jeudi 26 décembre 2013 09:54

La qualité des fascicules et des AT quotidiennes de Trado est telle que, du coup, on serait presque tenté de ne plus jurer que par ça - surtout quand on est débutant (et en Bourse, on est débutant pendant au moins 3-5 ans). C’est ça qui, paradoxalement, peut poser un problème à mon avis. Certes, la démarche de Trado est on ne peut plus claire et saine : il multiplie les avertissements, les disclaimers, ne cesse de replacer l'AT dans le contexte de tout ce qu’il faut savoir avant de prendre une position, répète encore et encore qu’il ne faut jamais se lancer dans un trade sans stratégie précise...

Mais, après lecture de certains courriers de Tradosauriens, je ne suis pas sûre qu'il est clair pour tous que l'analyse technique n'est RIEN (en clair : elle n'évitera pas la ruine) si en amont, bien en amont, on n'a pas d'abord bossé, re-bossé et bossé encore son Money Management.

Ce n'est pas le but des fascicules ou du site Tradosaure de parler de Money Management. Du coup, j'aimerais rappeler que le Money Management (MM) n'est pas juste ce petit bla-bla imprécis et théorique que l'on peut lire à droite à gauche sur internet et sur les sites des courtiers, qui vous invitent à y penser "avant de prendre une position". On doit y penser bien précisément et bien avant ! Avant même d'envisager de s'intéresser éventuellement à la Bourse. Schématiquement et dans l'ordre, il faudrait commencer par :

1. Calculer le montant précis et à jour de son capital financier global.

2. Calculer le pourcentage précis de son capital que l'on peut consacrer à la Bourse. Calcul qui doit répondre à deux exigences fondamentales :
a)  S'assurer qu'une éventuelle perte TOTALE de la somme en question n'entraînera aucun changement négatif dans son mode de vie.
b) S'assurer en même temps que cette somme n'est pas inférieure à 35 000 euros (env. 50 000 dollars) MINIMUM (ce montant peut créer débat, j’assume le risque, sachant que certains spécialistes parlent même de 100 000 dollars minimum). En tout cas, garder en tête que plus le capital consacré à la Bourse est important, plus le MM est efficient. Equation qui reste valable même quand on utilise des produits à effet de levier.
Donc, selon moi, si on ne peut pas envisager de risquer une somme à quatre zéros sans créer des problèmes à ses proches et à soi-même, mieux vaut souscrire à un PEL ou jongler avec les super-livrets.
Je ne le dis pas avec mépris ni pour décourager, au contraire : j’ai vu et lu trop de désespoirs, de vies déstabilisées, de « pépés plumés », beaucoup trop !

3. Une fois ce "Capital Bourse" arrêté, déterminer quel (gros) pourcentage de cette somme sera consacré aux liquidités. Et lister clairement dans quelles configurations de marché - et sur quelle unité de temps - on est prêt à "rogner" sur cette réserve (ce point 3, déjà, demande pas mal de temps et d’analyse, et pas que technique…). Bien entendu, moyenner à la baisse ne doit JAMAIS figurer dans cette liste.

4.  La part restante du « Capital Bourse » sera le "Capital de trading", consacré effectivement à des opérations. Avant même de se lancer dans des études, calculs et AT, avant même de choisir un instrument, il faut se poser la question : dans l'état de mes connaissances et de mes finances, selon mon aversion au risque et ma psychologie, combien suis-je prêt à PERDRE sur un seul trade ? Cette somme (le « Maximum Loss » ou ML) ne devrait pas dépasser 1% du "Capital Bourse", certains sages conseillent même 0.5%. Donc si je me lance avec un "Capital Bourse" de 35 000 euros, le ML ne doit pas dépasser 350 euros pour les plus aventureux, 175 euros pour les autres (je pense que là, si on ne l'a pas réalisé avant, on commence à voir pourquoi le capital de départ doit être une somme à quatre zéros...).

5. Ce n'est que maintenant que l’on commence à utiliser concrètement et en « live » l'analyse technique, une fois l'instrument financier choisi (choix qui exige du boulot et de la patience en amont aussi !). Le ML fixé, on bosse pour déterminer un point d'entrée, un objectif-profit et un stop-loss. Et on se demande : Si mon ML est de 175 €, si l’AT sur l’action X m’indique un point d’entrée à 25,30 €, un stop-loss à 24,95 € et me permet de viser un objectif à 26,10 €, combien d’argent dois-je mettre dans ce trade ? On réunit tous ces chiffres (celui du ML par trade en priorité, j'insiste !) dans une formule de calcul super simple et banale - trouvable partout sur internet - et on aboutit (enfin !) au "Montant de la Position" que l'on va prendre.

C’est formidable de viser l’excellence dans la lecture des graphiques et l’identification des points d’entrée, sortie et stop ! Mais, si le « Montant de la Position » est fixé "au pif" et si on ne calcule pas combien on est prêt à perdre sur un trade en fonction de notre capital disponible EXCLUSIVEMENT, l'analyse technique ne servira qu’à boire de la soupe à la tortue avec une fourchette d’Andrews...

En revanche, si on initie un trade après avoir cheminé avec méthode et sérieux du point 1 au 5, l'AT prendra tout son sens. L'analyse technique n'est pas une science exacte, comme Trado ne cesse de le répéter. Mais tout ce qui précède le moment où il est opportun de l'utiliser doit être travaillé selon les règles des sciences exactes. De cette façon, même si on se trompe dans une AT (chose qui arrive aux meilleurs) on tombera sur un coussin qui, non seulement restera moelleux, mais nous permettra de rebondir.

Eh oui, quand on débute en bourse, mieux vaut se rêver en vieux grigou près de ses sous qu’en jeune loup de Wall Street. Je sais, ce n’est pas très rock’n’roll, mais ça permet parfois de le danser, le soir, après la clôture des marchés…


Tessa Ivascu


Merci Tessa pour cet article qui est une superbe piqûre de rappel!
1- Le temps est l'allié de l'apprenti trader. Avec le temps viennent l'expérience, la prudence, le recul, la pondération...Vouloir agir top vite est la garantie de lendemains qui déchantent.
2- Le money management est crucial. Cela implique une stratégie d'entrée et de sortie. C'est indispensable. Un objectif et un stop loss. 
3- Le montant minimal que tu proposes peut effectivement choquer, mais il faut en effet souligner qu'être ruiné car on n'a pas pu tenir une position est extrêmement frustrant.
4- Je souscris à tout ce qui a été dit sur la conceptualisation du trade: L'analyse technique me semble essentielle pour optimiser l'utilisation du "fondamental". Mais sans money management, on peut tout perdre alors qu'on n'avait pas forcément tort...

Vidéos et publications récentes :

Allez plus loin sur la route de l'analyse technique :